Débuter en modélisme : l’avion RC

Alexandra 25 juillet 2012 3
Débuter en modélisme : l’avion RC

La formation des nouveaux pilotes

Avec une nouvelle génération d’avions lents, très faciles à configurer et à faire voler, de nombreux pilotes débutants découvrent la joie de l’avion RC. Pour les nouveaux venus, ces modèles légers ont supprimé la nécessité de s’inscrire en club pour prendre des cours de pilotage comme cela doit se faire pour des avions plus grands et plus complexes. On peut maintenant voler presque n’importe où du moment que le terrain est dégagé ; dans un stade, un gymnase ou encore dans votre jardin si vous avez la chance d’en posséder un assez grand !

Mais apprendre où et comment voler en toute sécurité exige quelques connaissances et un peu de vocabulaire. Vous trouverez dans cette fiche quelques considérations pas forcément évidentes pour un nouveau modéliste.

Qu’est-ce qu’un bon trainer ?

Si vous n’avez jamais piloté d’avion radiocommandé, vous pourriez être tenté d’en choisir un pour son aspect visuel attrayant comme une maquette volante ou un jet. Bien que certains de ces kits soient assez faciles à assembler, d’autres seront difficiles à « tordre » si vous n’avez aucune expérience et plus difficile encore à piloter ! Votre premier avion RC doit être un bon trainer (avion d’entrainement) qui vous permettra de vous faire les dents avant de passer sur des modèles plus performants.

Un grand nombre de trainers d’excellente qualité sont disponibles. Voici quelques bases à prendre en compte dans le choix de votre avion.

Un avion facile à réparer

Votre premier avion RC sera forcément endommagé lors de votre apprentissage. Partant de ce constat, choisissez plutôt un avion comportant peu de pièces et des pièces faciles à réparer. Le bois et la mousse sont faciles à fixer, le plastique, lui, est plus dur à réparer. Quoi qu’il en soit, il vous suffira de faire votre choix parmi les différents types de colles (époxy, cyanocrylate, vinylique, aliphatique, …) en fonction des matériaux utilisés dans votre modèle.

Disponibilité des pièces

Il sera parfois plus facile de changer les pièces endommagées que de les réparer. Choisissez un modèle dont les pièces sont facilement disponibles ou commandables auprès du fabricant. En achetant votre avion chez Mission Modélisme, vous avez l’assurance de trouver ou de pouvoir commander vos pièces de rechange et de les recevoir sous 48 à 72 heures pour les pièces en stock et sous une à deux semaines pour les pièces sur commande. Certains kits sont livrés avec des ailes supplémentaires bien pratiques en cas de dégâts irréparables. Les pièces telles que le moteur ou les batteries peuvent s’user ou s’abîmer, sachez que vous pouvez simplement changer ces pièces au lieu d’acheter un nouvel avion !

Un avion stable

Certains modèles sont plus faciles à piloter que d’autres. Discutez avec des propriétaires d’avions trainer RC pour connaître la stabilité de leur modèle. Le dièdre de l’aile et la longueur de queue sont de bons indicateurs de la stabilité d’un modèle. Le dièdre est l’angle formé par le plan de chaque aile et le plan horizontal. Le dièdre peut être positif (ailes vers le haut) ou négatif (ailes vers le bas). Si le dièdre est important (ailes inclinées vers le haut de 5° ou plus) et la queue longue, l’avion sera plus stable et volera sans à-coup. Il sera donc plus facile d’apprendre à le piloter.

Configuration des commandes

Certains modèles ont des gouvernes standard qui vous donnent le contrôle de l’accélération, du gouvernail de profondeur et du gouvernail de direction. Des modèles plus avancés possèdent aussi la commande d’ailerons. Pour votre premier avion RC, le contrôle standard est suffisant.

N.B. Les gouvernes sont les surface mobile agissant dans l’air et servant à piloter un avion selon un de ses trois axes : tangage (cabrer et piquer) roulis et lacet.

Les critères de choix

Pour piloter avec succès un avion RC, plusieurs critères entrent en compte :

  • Quels modèles vous intéressent ?
  • Où envisagez-vous de voler ?
  • Préférez-vous une motorisation électrique ou thermique ?
  • Vous (vos compétences, votre implication, le temps dont vous disposez, …)

Le type de modèle

Une des facettes les plus difficiles de ce hobby est de choisir son avion ! Il existe aujourd’hui tant de modèles qu’il est facile de s’y perdre. Ces modèles se répartissent en trois groupes :

  • Les kits constructeur, où il faut construire soi-même son avion. Peuvent être électriques ou thermiques (voire à réaction !)
  • Les ARTF (almost ready to fly = presque prêt à voler) : ces kits nécessitent seulement un peu d’assemblage. Motorisation électrique ou thermique.
  • Les RTF (ready to fly = prêts à voler) : kits ne nécessitant quasiment aucun assemblage. L’un des avantages des RTF est qu’ils se présentent souvent comme un « package » incluant tout le matériel requis ainsi que le système radio complet. Ils sont le plus souvent électriques.

En fonction de la motorisation choisie et du niveau de finition du kit retenu, il faudra également prévoir divers accessoires.
Par exemple pour les thermiques : soquet à bougie, carburant, …
Et pour les électriques : chargeur et batteries.

Le kit constructeur

Les kits constructeurs de base sont moins chers que les ARF ou les RTF mais nécessitent des achats supplémentaires : colle, outils, matériaux, moteur, alimentation et système radio,… Si vous aimez construire des objets et que vous recherchez un projet durant quelques semaines, le kit constructeur est pour vous ! Il faut également être à l’aise avec la lecture de plans et jouir d’un espace de travail dédié comportant une petite table ou un établi. Au final, vous aurez un avion radiocommandé d’excellente qualité, fiable, dont vous aurez choisi vous-même chaque composant et que vous aurez construit vous-même (fierté !).

Les ARTF

Les ARTF sont essentiellement des avions RC en kit qui ont été partiellement montés et couverts pour vous. Le fuselage, les ailes et les deux moitiés de l’empennage sont prêts à être assemblés. Après avoir collé ou vissé les empennages sur le fuselage et monté les ailes, il ne vous restera qu’à installer le système radio, la motorisation et l’alimentation. Les demi ailes sont souvent assemblées avec une tige métallique : vous n’aurez même pas à les coller (faites simplement glisser la tige dans une fente ou un trou de l’emplanture puis faites glisser les panneaux). Cela rend de transport et le stockage de votre avion plus facile. Avec quelques ARTF, le moteur et les servos sont déjà installés. Il suffit de connecter la tringlerie de commande et vous êtes prêt à voler !

Les RTF

Les RTF sont très populaires car il y a peu à faire. Charger la batterie, mettre l’aile en place, allumer la radiocommande et c’est parti ! Ces modèles durables sont souvent faits de plastique préformé ou de mousse rigide.

L’équipement de base

Pour construire la plupart des kits constructeur et des modèles ARTF, vous aurez besoin de certains outils d’atelier RC de base :

  • Tournevis plats et cruciformes Philips à petite tête,
  • Ensemble de clés Allen,
  • cutter avec lames de rechange,
  • pince fine,
  • clé réglable,
  • papier de verre, …

Mieux vaut acheter des outils RC de qualité, l’outil le moins cher est celui que vous n’achetez qu’une fois !

Les modèles sont livrés avec des instructions précisant les fournitures et les outils nécessaires pour la construction. Pour gagner du temps et des efforts (ainsi que de l’énervement), consultez ces instructions et réunissez tous ce qu’il vous faut avant de commencer la construction.

L’apprentissage

Le plus simple pour débuter est bien sûr de vous faire aider par un ami pilote expérimenté ou de prendre des cours dans un club de modélisme, si vous êtes décidé à débuter seul, voici quelques conseils qui, nous espérons, vous aideront.

Le simulateur de vol

Le simulateur de vol RC se branche directement sur votre ordinateur et possède un très haut degré de réalisme. Il ne peut pas remplacer totalement une formation au pilotage « dans le monde réel» mais c’est un excellent outil d’apprentissage pour tout pilote RC. Il aide à faire travailler ensemble les pouces et les yeux. Grâce à cet entrainement à la maison, une fois sur la zone de vol la radio à la main, les réflexes sont plus rapides. Or, qui dit moins de temps de réflexion, dit plus de temps pour corriger les erreurs de pilotage. Le deuxième avantage est que le simulateur prolonge la saison de « vol ». Ainsi, même si vos habitez dans une région froide, vous pouvez voler toute l’année sans quitter votre salon.

Le simulateur reproduit les conditions de vol, vous choisissez le modèle que vous voulez piloter ainsi que l’environnement où vous évoluez. Vous pouvez ajuster les critères météo tels que la direction du vent ou sa vitesse pour obtenir une simulation allant de facile à très difficile. Vous pilotez ensuite votre avion virtuel avec le boîtier de commande fourni ou avec votre propre radiocommande.

En vous entraînant avec un simulateur de vol RC, vous pouvez réduire considérablement le temps qu’il faudra pour apprendre à piloter.

Avant de voler

Il y a certaines bases que vous devrez acquérir une fois que vous aurez construit votre avion radiocommandé et que vous vous serez assuré que tout fonctionne correctement. Si vous en êtes à votre premier avion, la meilleure façon d’apprendre et de demander à un ami pilote de vous initier ou de prendre des cours dans un club de modélisme. Si toutefois vous voulez apprendre seul, voici quelques conseils à retenir.

Fréquence radio

La radio qui contrôle votre avion émet sur une fréquence spécifique. Quand vous l’allumez, elle émet un signal continu. Si quelqu’un utilise la même fréquence, les deux radios vont interférer et les deux pilotes perdront le contrôle de leur machine. Avant de sortir voler, assurez-vous que vous vous trouvez à au moins 5km de distance d’un terrain de vol RC établi.

Si vous ne voulez avoir aucun problème, choisissez une télécommande 2,4Ghz qui évitera les conflits de fréquence avec les radiocommandes à proximité.

Si vous possédez déjà une radiocommande FM, sachez que la plupart des constructeurs proposent des kits de conversion pour passer au 2,4Ghz.

Direction

Monter et descendre représente la partie facile : peu importe la direction dans laquelle pointe votre avion, le haut restera toujours en haut et le bas en bas ! Tourner à gauche et à droite est une autre paire de manche… Lorsque vous et votre avion regardez dans la même direction, votre droite et votre gauche se trouvent du même côté que celles de l’avion. Si vous poussez le manche à droite, l’avion tournera à droite et inversement. En revanche, quand l’avion vole vers vous, les commandes sont inversées et si vous n’êtes pas préparé à cette situation… Si vous ne faites pas tourner votre avion, il sera bientôt hors de vue. Pour maintenir votre avion dans la zone de vol, vous devez en permanence penser à la direction dans laquelle vous voulez tourner. Si vous tournez trop longtemps ou dans la mauvaise direction, l’avion peut partir en vrille vers le sol. Astuce : lorsque l’avion vient vers vous, poussez le manche du côté de l’aile basse fera remonter l’aile et évitera à l’avion de partir en vrille.

Vent

La direction et la force du vent on un grand effet sur votre avion RC. Il est préférable de voler tôt le matin ou tard dans l’après-midi lorsque le soleil est bas et le vent généralement faible. Observez les arbres autour de votre zone de vol et mesurez à quelle point le vent balance les feuilles et les branches. Il y a un drapeau à proximité ? Dans quel sens flotte-t-il ? Par vent fort, vous pouvez perdre tout contrôle sur votre avion qui sera emporté. Pour vos premiers vols, moins il y a de vent, mieux c’est !

Lancement

Il faut toujours lancer l’avion RC dans le vent. Mettez votre visage face au vent et maintenez l’avion légèrement au-dessus et en avant de vous. Faites quelques petites foulées rapides et lancez avec légèreté. Relâchez l’avion avec le nez pointant vers l’horizon ou légèrement en dessous. Ne le jetez pas en l’air avec un angle important, il décrocherait et perdrait de la portance.

Atterrissage

Quand vous êtes en vol, essayez de garder l’avion face au vent devant vous. Si vous lui permettez d’aller trop loin sous le vent à la fin de son vol, il peut ne pas avoir assez de puissance pour vous permettre de le ramener à terre.

Quand c’est le moment d’atterrir, maintenez le niveau des ailes et du sol alignés dans le vent, réduisez les gaz pour permettre à l’avion de descendre graduellement. Ne plongez pas vers le sol, vous accéléreriez la vitesse de l’avion et il vous serait difficile d’atterrir en douceur.

Au moment où l’avion va toucher le sol, tirez doucement sur le manche vers l’arrière pour redresser le nez. Les atterrissages sous le vent ou par vent latéral sont difficiles à réaliser et peuvent causer des dommages à l’avion lorsqu’il touche le sol. Quand c’est possible, atterrissez donc face au vent.

Votre zone de vol

Cela peut paraître évident mais vous aurez vraiment besoin d’évaluer la taille et l’état de la zone où vous comptez faire voler votre avion RC. Voulez-vous voler dans votre jardin ou dans un pré ? Y’a-t-il un terrain ouvert à proximité de chez vous ? La taille de votre zone de vol va déterminer la taille du modèle que vous pourrez y faire évoluer en sécurité. En effet, la taille de l’avion RC et son poids déterminent la vitesse minimum à laquelle il peut voler. Cette vitesse se répercute sur la rapidité avec laquelle il pourra tourner et ce rayon de braquage détermine la taille de l’espace aérien dont vous aurez besoin (l’espace aérien et non l’espace au sol !).

Certains modèles peuvent parcourir de longues distances, vous devez toujours pouvoir voir l’avion pour le contrôler. Cherchez un terrain où vous pourrez faire voler l’avion RC sans risquer de percuter un arbre ou un mur. Et pour des raisons de sécurité, ne volez pas ou dessus d’une route ou d’un endroit fréquenté.

Les modèles ayant un petit train d’atterrissage et de petites roues ne peuvent rouler sur le sol et en décoller. Vous devrez donc lancer l’avion (ou le faire lancer par un ami). Un fois que l’avion aura épuisé sa charge ou son carburant, vous devrez le ramener à terre. Les petits modèles peuvent décoller de surfaces dures (grands parkings par exemple), mais n’oubliez pas que si vous crashez votre avion, il sera plus facilement endommagé ! Si vous débutez, choisissez plutôt un champ d’herbes hautes qui amortiront la chute en cas de crash.

Zone de trafic

Mettez en place une « zone de trafic » définie par une ligne de sécurité imaginaire séparant votre avion des gens qui vous regardent piloter. Ne faites pas voler l’avion autour de vous mais face à vous, les spectateurs se tenant derrière vous.Cela laisse une marge de sécurité supplémentaire pour tout le monde.

Attention, les modèles les plus gros et/ou les plus rapides ne sont pas des jouets. Ils peuvent provoquer des blessures ou des accidents, évitez de les acheter pour débuter seul. Avant d’y passer, soyez sûr de maîtriser parfaitement votre avion léger et, si vous en avez la possibilité, faites vous aider par un pilote expérimenté ou prenez des cours en club.

Voilà ! Nous espérons que ces quelques conseils vous aideront à démarrer dans cette activité passionnante. Maintenant, il ne vous reste plus qu’à vous amuser !

3 Commentaire »

  1. raynald 11 juin 2014 at 7 h 57 min -

    Bonjour et merci pour les conseils.
    Je vais attendre cet fin d apres midi et je lance mon 1er rc citabria 200w 80cm environ envergure.
    Je suis passé par un tou beau tout pres qui a « volé »40 sec….le Gee bee r2…bof bof…..
    Alors apres le crash en pleine mer, j ai construis un moche trainer….mais + controlable :) un Citabria.
    …merci pour vos conseils qui m ont aidé.
    Raynald.

  2. David 13 mars 2015 at 9 h 49 min -

    Apprendre par étape, la façon idéale pour se familiariser de ce que l’on souhaite maitriser.

    • adminblgmm48 27 mars 2015 at 11 h 08 min -

      Et il semblerait que vous vous y connaissez bien en apprentissage du pilotage et en simulation : très belle initiative que votre Fighters Academy !
      Nous relayons l’information et vous souhaitons beaucoup de succès.
      L’équipe du blog de Mission Modélisme.